Sondage Pratiquer la voile en Suisse – Bilan


En collaboration avec son partenaire BDO, Swiss Sailing a réalisé en avril un sondage sur le thème de la pratique de la voile en Suisse. Swiss Sailing, la Fédération Suisse de Voile, voulait savoir ce qui intéresse les navigatrices et navigateurs en Suisse et quelles sont leurs attentes vis-à-vis de la fédération afin de pouvoir tirer les conclusions correspondantes et prendre des décisions pour l'avenir. Nous sommes très satisfaits de la participation forte et représentative et remercions tous les participants au sondage pour leur précieuse collaboration.

L'objectif du sondage, qui n'avait encore jamais été effectué dans cette mesure jusqu’ici et qui est une pierre de la grande mosaïque pour l’étude menée par le groupe de travail „Simplification des structures de SwS“, est une clarification des besoins premiers des non-régatiers. Selon Martin Strobel, membre du groupe de travail, ce sont principalement les non-régatiers qui ont pris part à ce sondage. Ce dernier se montre satisfait de l'évaluation : „Les réponses nous permettent d’avoir une  vue d’ensemble étonnamment bonne des besoins des navigatrices et navigateurs en Suisse.“ En même temps, il souligne qu'il ne s'agissait en aucun cas dans ce sondage de qualifier ou juger les clubs de voile mais uniquement de connaître les besoins des navigateurs.  

Résumé succinct de l‘évaluation

Les participants du sondage sont principalement des propriétaires de bateau et membres actifs des clubs. À la question „qu’est-ce qui vous motive à pratiquer la voile“, pour la majorité, c’est pour „se changer les idées“, „s’amuser“, „être dans la nature“ ou encore „la fascination pour la force du vent“. Au contraire, peu ont répondu qu’il s’agit de „se mesurer à d’autres personnes“ ou „s’entraîner en vue de compétitions/d’événements“. Concernant la fréquence et la durée de la pratique : les réponses les plus fréquentes sont „plusieurs fois par semaine“ ainsi que „sept heures ou plus“ par semaine. La majorité des participants naviguent aussi bien en mer que sur les lacs. Au sujet de la désignation correcte : les participants estiment approprié de clairement distinguer les notions de „navigateurs de cruising“ et „régatiers“. Ils jugent également utile d’employer le terme de „navigateurs de loisir“. Quand ils participent à des compétitions, c’est en premier lieu à des championnats de clubs/de la fédération. Les services et la vie associative sont généralement jugées comme bons. Un grand nombre s’engage bénévolement en tant que volontaire. Selon les personnes interrogées, les besoins au niveau du club qui pourraient encore être améliorés sont : un comportement écoresponsable préservant l’environnement sur l'eau ainsi que davantage d’informations aux membres à propos des innovations et activités dans le monde de la voile. Les personnes interrogées manifestent un intérêt moyen à élevé pour des informations sur des événements sportifs en voile; les canaux d'information utilisés couvrent toutefois un large éventail selon eux. Environ un tiers de toutes les personnes interrogées s'informent via les revues spécialisées comme „Skippers“, les autres canaux d'information sont aussi le portail en ligne autour de la voile et notamment la newsletter et le site internet de Swiss Sailing.

BDO, un partenaire compétent dans le processus de restructuration

Préalablement à ce sondage effectué auprès des navigatrices et navigateurs de la Suisse, les présidents des clubs et classes ont eux aussi été sondés. „Les résultats de ces deux sondages donnent une impression tout à fait bonne sur la façon dont est perçue Swiss Sailing d’une part et sur les besoins existants d'autre part“, assure Martin Strobel. Désormais, c’est au groupe de travail „Simplification des structures“ d’en tirer les conclusions correspondantes et d’élaborer une proposition concernant la future structure de Swiss Sailing. Celle-ci doit être présentée aux membres  lors de la prochaine Assemblée Générale. En accompagnant Swiss Sailing, BDO, la société de conseil active dans le monde entier, a joué un rôle important dans tout le processus de restructuration. Les chefs de projet de BDO ont apporté leur connaissance et savoir-faire dans le domaine de la restructuration et ont conduit les ateliers de travail correspondants. „Nous sommes heureux d’avoir eu à nos côtés un partenaire si compétent comme BDO dans ce processus complexe et profond“, affirme Martin Strobel, remerciant en ces mots le partenaire de Swiss Sailing pour la bonne et constructive coopération au cours des derniers mois.

À ce sujet également ici ("Aucune réorganisation ne va de soi.")