ITACA - Voile contre le cancer


En Italie et en Allemagne, la voile est utilisée comme thérapie pour des jeunes souffrant d’un cancer depuis plusieurs années déjà. Durant l’été 2017, Lugano a accueilli le premier projet suisse de ce genre. Cet été, les patients atteints d'un cancer devraient à nouveau pouvoir naviguer ensemble. Les prochains après-midis de l'ITACA sont prévus pour le 1er juin 2019 et le 7 septembre 2019.

Bruno Rossini, membre du comité du Circolo Velico Lago di Lugano et membre du Comité Central de Swiss Sailing, avait découvert le projet ITACA lors d’un séjour au bord du lac de Garde il y a plusieurs années. L’objectif d’ITACA consiste à offrir aux jeunes et adultes atteints d’un cancer un espace de rencontre pour les ramener dans la vie active et renforcer leur état psychique. Selon le Tessinois âgé de 73 ans, la voile est idéale pour cela : « La voile s'intègre parfaitement à la philosophie d'ITACA, si l'on considère la maladie et le long processus de guérison qui prend la forme d’un voyage vers l'inconnu aboutissant dans un havre de paix et à la rémission, comme dans l'Odyssée d'Homère. »

L'ancien banquier et  grand-père multiple est visiblement fier qu'ITACA se soit vu décerner il y a deux ans le prix Panathlon Lugano pour le meilleur projet éthique lors d'une émission de télévision tessinoise. « Mais surtout, je suis heureux de voir les patients et leurs proches quitter les voiliers remplis de satisfaction et souriants malgré leurs graves problèmes de santé. Les après-midis de navigation les aident à retrouver courage et espoir », explique Bruno Rossini. Il semble évident que ce projet lui tient particulièrement à cœur.

La Ligue tessinoise contre le cancer et les propriétaires de bateaux soutiennent l'ITACA

Dans son projet de mettre sur pied une initiative similaire en Suisse, Bruno Rossini a obtenu le soutien de la ligue tessinoise contre le cancer ainsi que de plusieurs oncologues. Enthousiastes à l’idée lancée par le Tessinois, plusieurs membres du club ont mis leurs bateaux à disposition. Cette année encore, dix voiliers seront mis à disposition pour les deux après-midis organisés par ITACA sur le lac de Lugano, afin que les participants puissent passer un moment d'insouciance sur l'eau et découvrir ce qu’est véritablement la voile : se concentrer sur les éléments, prendre des responsabilités pour soi-même et pour les autres, se mesurer aux concurrents et travailler sur ses points faibles.

« Il est important de sortir les malades d’un éternel cycle marqué par les hospitalisations, les thérapies et les prises de médicaments », explique Alba Masullo, directrice de la ligue tessinoise contre le cancer. La voile est un excellent moyen d'y parvenir. « Il n’existe pas encore d’évaluation scientifique de l’impact de ces activités sur l’état de santé des malades, mais en observant les participants, on ne peut être que convaincus de leur effet positif », conclut-elle avec enthousiasme.

Plus d’informations

http://cvll.ch/progetto-itaca

www.legacancro.ch

 


Exemple allemand à suivre

En Allemagne, un projet similaire a déjà fait ses preuves et les premiers retours sont encourageants. La société sans but lucratif « Segelrebellen » organise des croisières en mer de plusieurs semaines destinées aux adolescents et jeunes adultes. Les médecins des patients confirment : « On a constaté une atténuation des effets secondaires de la chimiothérapie, les jeunes sont devenus plus actifs après leur expérience vélique et surtout, leur état psychique s’est avéré plus stable. »

L’offre des « Segelrebellen » s’adresse également aux personnes concernées en Suisse.  www.segelrebellen.com (site en allemand)


 

Texte: Walter Rudin, modifié par Diana Fäh 

Photos: mise à dispo.