Jean-Bernard Luther : „ Derrière chaque projet et chaque réussite, il y a toujours une équipe ! “


Le département Racing est responsable de tous les aspects de la voile de compétition. Il est notamment chargé de l'organisation des Championnats de Suisse et de l’élaboration des règlements en lien avec les régates. Jean-Bernard Luther, originaire de Neuchâtel, sera le nouveau chef du département Racing à partir de janvier 2018. Nous l'avons interrogé sur ses attentes et ses objectifs. Et nous voulions savoir ce qui est important pour lui dans la vie. Voici l'interview.

Swiss Sailing: Tout d'abord, félicitations pour votre nomination à la tête du département Racing. Qu’est-ce qui vous réjouit le plus lorsque vous pensez à votre nouvelle fonction ?

Jean-Bernard Luther : J'aimerais apporter du plaisir à tous mes amis navigateurs, du plus pro au plus débutant, du plus jeune au plus âgé, amateurs de plaisance, croisière ou régates. Je m'attends à travailler pour des amateurs du sport de la voile, et pour toutes les catégories de navigateurs.

Où se situent les priorités dans votre nouveau département ?

Dans un premier temps, j'aimerais saluer le travail fait par mes prédécesseurs. Pour commencer, je vais tenter de monter un groupe de suivi de projet pour que le logiciel de gestion des régates Manage2Sail vive et se bonifie au fur et à mesure des années. La mise en place de ce logiciel a été un succès, malgré la rudesse de l'adaptation à laquelle les clubs ont dû faire face. Mais cet outil est formidable. Une fois qu'on le maîtrise, on peut vraiment gérer une régate :– inscriptions, publications officielles,   classements, etc. …. Sauf le café ! Alors que les clubs qui n'ont pas encore leur licence n'hésitent pas à monter dans le train.

En parallèle, j'ai l'intention de me focaliser sur la qualité des officiels, qui vont aider leurs clubs à organiser les régates. Bien entendu, nous sommes tous des amateurs, mais amateur ne veut pas dire absence de qualité de service. Il faut vraiment que les clubs se sentent soutenus et en confiance avec les officiels (Directeurs de course - Juges - Arbitres - Délégués) et que les navigateurs sachent que nos règles du jeu sont les mêmes que partout ailleurs dans le monde.  En un mot : Hisser la Suisse au niveau des officiels des pays qui nous entourent.

 

Et quels seront les plus grands défis auxquels vous serez confrontés dans les prochains jours et semaines ?

Pour le moment, c'est de faire connaissance avec le poste et toutes les personnes qui déjà donnent de leur temps pour que tout fonctionne.

Ensuite tisser des liens avec les pays avoisinants me semble absolument nécessaire.

 

 

Qu’est-ce qui est important pour vous lorsque vous pensez à votre nouvelle fonction ?

Swiss Sailing est au service des navigateurs. Les membres de Swiss Sailing doivent savoir et sentir qu'on travaille pour eux, qu'on les défend lorsque cela est nécessaire. Il faut que Mr et Mme Tout-le-monde sentent d'une manière ou d'une autre que leur participation à l'association leur est profitable.

En ce sens, Swiss Sailing doit démontrer que la fédération nationale leur apporte quelque chose. Un premier pas a été fait avec ce vrai logiciel de pro : m2s - la licence des clubs est payée pas Swiss Sailing. Un deuxième le sera avec une participation au financement des officiels pour les manifestations importantes. Comment ? Cela reste à déterminer.

 

Qu’est-ce que vous aimez voire qui vous fascine dans la voile ?

Les défis qu'elle comporte. Face aux éléments, face à soi. Et on est toujours face à la nature qui peut se montrer belle, amicale ou impitoyable.

 

Que souhaitez-vous pour la voile suisse dans un futur proche ?

Evidemment, comme tout un chacun, je souhaite que nos sportifs d'élite remportent des places d'honneur, des médailles. Je leur souhaite pleins succès.  Mais pour les amateurs, je souhaite qu'ils aient beaucoup de plaisir dans leurs navigations régionales, nationales ou internationales.

Sur quel type de bateau vous sentez-vous le plus à l'aise ?

Actuellement je navigue sur un Toucan, mais je dirais que n'importe quel monocoque (parce que je les connais) peut faire mon bonheur.

 

À quelle fréquence naviguez-vous ? Quel est votre plan d’eau de prédilection ?

Je navigue sur les eaux lémaniques, et là, quasiment chaque semaine durant la saison, je fais une petite régate de club. Ensuite quand je le peux, j'aime bien faire des régates plus importantes, j'aime la monotypie, car là, on lutte vraiment à armes égales.

Avez-vous du temps pour d'autres loisirs en dehors de la voile ? Lesquels ?

Oui, quelques balades ou voyages, et en hiver je fais du ski.

Et une dernière question : quelle est votre plus grande fierté – d’un point de vue sportif ou non ?

Là ça devient un peu prétentieux si je réponds …. Mais réflexion faite, sur le plan professionnel, l'installation du Campus EPFL-Chimie à Sion en 2 ans et demi, dans un bâtiment impossible, fut un défi dont je suis particulièrement satisfait. Sur le plan sportif, je crois que je n'ai pas de préférences.

Tout gamin, être sélectionné pour ce qu'aujourd'hui on appelle ISAF YOUTH a été un grand honneur, plus tard la participation au Tour de France à la Voile avec le défi de faire naviguer un maximum de jeunes de la région fut un réel plaisir. Mais tout ceci n'a jamais été seulement personnel : derrière chaque projet et chaque réussite, il y a toujours une équipe.