Ladies only : Voile pour femmes


Début juin, la Helga Cup, la première régate de voile réservée aux femmes, s'est déroulée à Hambourg. 78 équipes réunissant plus de 300 participantes étaient présentes. La semaine dernière, la première édition de la Women's Sailing Champions League a eu lieu dans le cadre de la Kieler Woche, avec neuf équipes féminines, dont une équipe suisse issue du ZSC. À l'automne 2018, le lac Majeur accueillera la première Swiss Sailing League Women’s Cup. Partout dans le pays, il existe des formats de régate uniquement destinés aux femmes, des cours de voile dispensés par des femmes pour les femmes, des cours du soir pour les femmes, des cours de formation de skipper ou des croisières pour les femmes.

Les cours destinés au groupe cible des " femmes" font aujourd'hui partie du programme standard de nombreuses écoles de voile ou organisateurs de voyages en voilier. L'école de voile certifiée Joran-Bienne S.A.R.L. propose également régulièrement des cours de "Femmes naviguant avec des femmes ". Mais pourquoi des cours de voile uniquement pour les femmes ? Y a-t-il vraiment une demande ? Et les femmes naviguent-elles différemment des hommes ?

La voile, un domaine réservé aux hommes ? Cette époque est révolue !

Ne vous inquiétez pas, ce n'est pas un débat de genre. Même si l'on peut observer sur nos lacs suisses que - du moins avec la génération plus âgée - l'homme est davantage à la barre que la femme. En même temps, cependant, de plus en plus de femmes suivent un cours de voile pour obtenir un certificat D. La voile, un domaine réservé aux hommes : cette époque est bel et bien révolue ! En particulier auprès de la jeune génération, où la situation est complètement différente, et aussi dans le sport de haut niveau, où il n'y a guère de différences, sauf peut-être au niveau des classes de bateaux dans lesquelles un poids élevé ou une plus grande force physique sont décisifs. Dans les classes olympiques, les femmes naviguent au même niveau que les hommes, même dans les régates au large comme la Volvo Ocean Race, les femmes sont absolument sur un pied d'égalité avec les hommes et, en tant que barreuses, elles assument l'entière responsabilité des voiliers hautement sophistiqués et coûteux et de leurs équipages. Lors de l'édition 2014/15, pour la première fois depuis 2001, il y avait avec Team SCA un bateau entièrement féminin au départ de la Volvo Ocean Race, qui a même remporté une étape (étape 8, Lisbonne-Lorient). Dans la Sailing Champions League, les équipes exclusivement féminines figurent également parmi les meilleures équipes. Et tout particulièrement dans les classes juniors, à savoir en Optimist, Laser Radial et 420, les filles et les garçons sont équitablement représentés et absolument égaux entre eux.


Les femmes naviguent-elles différemment des hommes ?

C'est peut-être le cas. Parce que les femmes sont différentes des hommes - seulement en termes de force et de poids - et fonctionnent souvent différemment. Les femmes naviguent souvent avec plus de prudence et de sécurité. Et avec davantage d'émotion. Du moins d'après les observations d'Irene Stettler, directrice générale de l'école de voile de Joran-Bienne S.A.R.L.: "Les femmes ont souvent une approche de la voile différente de celle des hommes. "Elles sont plus prudentes et ont une tout autre estime de soi. En plus, les femmes ont souvent un sens plus fin de la conduite, surtout par vent léger, et ressentent mieux les mouvements du bateau." En outre, les femmes ont plus souvent tendance que les hommes à vouloir approfondir les choses, "probablement dans un souci de sécurité".

Naviguer, c'est prendre des décisions

Les femmes naviguent souvent de façon plus réfléchie. Et font plus la part des choses en navigation. Cela a également un impact sur la prise de décision. Je l'admets : prendre des décisions - ce n'est généralement pas si facile pour nous, les femmes. L'industrie de la chaussure nous l'a déjà bien enseigné : est-ce que je prends la jolie paire ou la paire plus pratique ? La bonne affaire ou celle qui coûte plus cher ? Ou est-ce que je préfère regarder ailleurs ? Alors que nous, les femmes, pesons d'abord le pour et le contre, réfléchissons, considérons des alternatives et décidons à un moment donné... les hommes ont déjà pris leur décision depuis bien longtemps. "C'est pourquoi je préfère naviguer seule", confirme Monika Tsai. Chez les hommes, tout est souvent trop rapide pour elle. "Quand j'ai décidé de réduire la voile, les hommes à bord avaient déjà pris la décision." La biochimiste bâloise de 66 ans a obtenu le certificat D il y a une douzaine d'années. Avec son mari, elle a participé à de nombreuses croisières en haute mer, sur différents voiliers avec différents skippers et équipages. Elle est maintenant titulaire d'une licence en haute mer, mais depuis sa retraite, elle navigue surtout seule, une ou deux fois par semaine et surtout sur le lac de Bienne, sur un bateau de l'école de voile de Joran-Bienne S.A.R.L.. La native de Coire aime la vitesse de la navigation et a également participé à des entraînements de régate, mais admet que c'est souvent trop mouvementé pour elle. "Bien sûr, vous pouvez toujours naviguer un dixième de nœud plus vite et resserrer l'écoute de deux centimètres. Mais parfois, j'ai juste envie de naviguer."

La navigation à voile pour les femmes à l'école de voile de Joran-Bienne S.A.R.L.

Irene Stettler confirme qu'il y a moins de femmes que d'hommes à l'entraînement de régate. "C'est peut-être parce que les femmes sont moins compétitives ", dit-elle. En tout état de cause, elle a inclus le cours "Femmes naviguant avec des femmes" dans le programme de l'école de voile de Joran-Bienne S.A.R.L. il y a environ deux ans en raison de ce retour d'information. Et elle a constaté un vif intérêt pour ce cours, qui a lieu une à deux fois par mois. "Les femmes apprécient que personne ne leur dise quoi faire pendant qu'elles naviguent et qu'elles puissent prendre leurs propres décisions à leur propre rythme." Dans la voile féminine, toutes les inhibitions peuvent être réduites et les expériences partagées peuvent être rendues possibles sans aucune pression et attentes. Selon Irene Stettler, le feedback est toujours positif. "Les femmes apprécient probablement aussi le fait qu'une autre culture du dialogue règne à bord en présence d’un équipage exclusivement féminin", pense Irene Stettler.

Auteur: Diana Fäh

Photos: Sven Jürgensen, zVg


La Helga Cup au large d’Hambourg

Du 1er au 3 juin 2018, la "Helga Cup", une régate de voile réservée aux femmes, a eu lieu pour la première fois sur l'Aussenalster à Hambourg. Avec 78 équipes et plus de 300 participantes venues d'Allemagne, d'Europe et des Etats-Unis, il s'agissait de la plus grande régate de voile féminine au monde. Les participantes venaient de tous les horizons, des régatières en herbe aux jeunes navigatrices de haut niveau. La "Helga Cup" a débuté dans deux classes de bateaux différentes : le bateau à quille J70, qui est également utilisé par la Swiss Sailing League, et le bateau de course-croisière Seascape 24. La Helga Cup offre aux femmes l'occasion idéale d'échanger des informations avec d'autres navigatrices, de transmettre des connaissances et d'acquérir de nouvelles compétences. De plus, cette régate permet à de nombreuses anciennes navigatrices de revenir à la voile de compétition. L'idée est également bien accueillie en dehors de l'Allemagne.

Swiss Sailing League Women’s Cup au large de Tenero

Du 26 au 28 octobre 2018, la première Swiss Sailing League Women’s Cup aura lieu sur le lac Majeur. La compétition est ouverte aux équipes féminines composées de 4 à 5 navigatrices. Les épreuves se dérouleront sur des bateaux de sport de type J70 mis à disposition par la Ligue Nationale Suisse de Voile.

Les inscriptions sont encore ouvertes. La compétition est limitée à 18 équipes. En cas de fort intérêt, la flotte de bateaux pourra être élargie à 24 équipes.

Plus d’informations et inscription