Logo - Swiss Sailing

Les lauréats

Maud Jayet, Anja von Allmen, Eric Monnin, Alan Roura, la Swiss Foiling Academy et Team Alinghi sont les vainqueurs de la 7e édition des SUI Sailing Awards. Pour la première fois, la cérémonie de remise de prix ne s’est pas déroulée sous la forme d’une soirée de gala, mais d’un road trip virtuel à travers la Suisse de la voile.

Junior Sailor of the Year

© Birdviewpictures

Anja von Allmen (RCO, YCSp, GYC, DRCS)
Championne d’Europe 2020, championne du monde 2019 – Anja von Allmen a amplement mérité son titre de Junior Sailor of the year. La navigatrice de Spiez, spécialiste de Laser, s’est toutefois déclarée totalement surprise avant de retrouver ses esprits : « C’est un grand honneur pour moi et une grande source de motivation. Merci beaucoup à Swiss Sailing et à mon entraîneur Damir Nakrst, avec lequel je travaille depuis de nombreuses années et à qui je dois ces succès. » Elle retrouvera d’ailleurs bientôt l’entraînement sur l’eau afin de se préparer en vue des Coupes d’Europe et des Championnats du monde et d’Europe de cette saison.

Palmarès
La Bernoise possède un impressionnant palmarès pour sa jeune car- rière. À l’âge de 15 ans, une médaille de bronze au championnat du monde junior en Chypre couronne son parcours sur Opti. Après son passage sur Laser 4.7, les succès ne se font pas attendre. L’année dernière, surprenant tout le monde, elle décroche l’or au champion- nat du monde féminin. Fin août, elle réussit le doublé s’adjugeant l’or aux Youth European à Vilamoura au Portugal. Depuis, la jeune femme s’est engagé sur Laser Radial où elle s’est classé 10e au championnat suisse sur le lac de Silvaplana réalisant le meilleur résultat féminin. Elle compte participer aux JO de 2024 et remporter une médaille.

Female Sailor of the Year

© Birdviewpictures / Sailing Energy

Maud Jayet (SNG)
L’award Female Sailor of the year a été attribué à Maud Jayet de Lausanne (VD). L’étudiante de 24 ans est parvenue à s’établir parmi l’élite mondiale de Laser ces dernières années et s’est qualifiée pour les prochains Jeux olympiques. Cinq fois nommée pour cet award, elle ne l’avait encore jamais remporté. Sa joie était donc d’autant plus grande au moment de l’annonce : « C’est la reconnaissance pour toutes ces années de travail difficile. Je me réjouis de représenter la Suisse à Tokyo et j’espère obtenir un bon résultat. »

Palmarès
À l’âge de 14 ans, après sa carrière sur Opti, Maud Jayet opte pour le Laser 4.7 sur lequel elle décroche d’emblée une excellente 5e place aux championnats (1ère place chez les U16). Passée dans la série olympique des Laser Radial l’année suivante, elle confirme son talent avec d’excel- lents résultats. Avec une remarquable 9ème place aux mondiaux 2018 à Aarhus, la Lausannoise est la première athlète à qualifier la Suisse pour les JO de Tokyo. En 2019, elle se classe régulièrement dans les top 20 et monte même sur la troisième marche du podium lors de la Coupe du monde à Gênes. Avec un 16e rang aux championnats du monde en Australie et une 5e place au championnats d’Europe à Danzig (Pologne) qui a réuni mi-octobre 2020 les meilleurs éléments du moment, cette étudiante de 24 ans garde toutes ses chances pour les JO de Tokio.

Male Sailor of the Year

© Birdviewpictures

Eric Monnin (SCStä, RVB)
Eric Monnin a lui été nommé Male Sailor of the year. Ce touche-à-tout du lac de Zoug a été sacré double champion d’Europe de Match Race, a terminé premier de la liste mondiale et a décroché plusieurs titres de champion de Suisse, d’Europe et du monde dans différentes classes de bateaux. « J’espère que nous parviendrons à continuer de surfer sur la même vague du succès en Match Race cette année », a-t-il déclaré lors de la remise du prix. Eric Monnin officiera également en tant que team leader de l’équipe nationale suisse en 2021 dans le cadre de la Star Sailors League. Il précise que la Gold Cup sera quelque chose de nouveau et d’important pour la voile en Suisse et à l’international, et se réjouit déjà de participer au premier test event.

Palmarès
Docteur en physique natif des bords du lac de Zoug, Eric Monnin est considéré comme l’un des meilleures match racer du monde. En oc- tobre 2019, il prend la tête du classement mondial de match racing qu’il ne lâche plus jusqu’en été 2020. Parallèlement, Éric Monnin s’illustre aussi dans d’autres domaines. Multiple champion suisse, d’Europe et du monde, on le retrouve au sommet de nombreux classements nationaux et internationaux. Cette saison, il sort vainqueur des 5 jours du Léman en duo avec sa partenaire Ute Wagner. Il est en outre à l’origine du fameux Monofoil Gonet, développé de concert avec Damian Weiss qui n’a pas manqué de susciter l’attention du monde de la voile. Depuis l’année dernière, Éric Monnin est en outre chef de l’équipe suisse pour la Stars Sailors League Gold Cup.

Sailing Team of the Year

Ernesto Bertarelli (à gauche) et Arnaud Psarofaghis
© Birdviewpictures

Alinghi
Le Sailing Team of the year est Alinghi. Team Alinghi, composé d’Arnaud Psarofaghis, Bryan Mettraux, Pierre-Yves Jorand, Nils Frey, Coraline Jonet et Ernesto Bertarelli, vogue toujours sur la vague du succès. Il a décroché le titre mondial de GC32 en 2019 et a remporté le GC32 Tour avec la manière en glanant trois succès. Ernesto Bertarelli garde des objectifs ambitieux pour 2021 : « Nous espérons que nous pourrons bientôt revivre des régates en GC32. Notre projet RTF35 a bien démarré l’an passé et nous viserons bien entendu le Bol d’Or cette année. »

Palmarès
Team Alinghi continue inlassablement à surfer sur la vague du succès. Sa suprématie chez les D35 avec huit titres fait certes partie du passé, mais la for- mation d’Ernesto Bertarelli est très attendue sur les nouveaux T35 où elle fait partie des grands favoris. Au niveau international, Alinghi a gagné quatre fois les Extreme Sailing Series, dominé le championnat du monde 2019 des GC32 fin juin à Lagos (Portugal) avec Arnaud Psarofaghis à la barre, Nicolas Charbonnier, Timothé Lapauw, Bryan Mettraux et Yves Detrey et survolé la concurrence avec trois victoires ors de la GC32 Tour.

Sailing Project of the Year

De droite à gauche: Julien Monnier, Louise Thilo, Patrick Huguenin
© Birdviewpictures

Swiss Foiling Academy
Le foiling représente l’avenir de la voile de compétition. La Swiss Foiling Academy donne aux jeunes amateurs l’accès aux foils de la nouvelle génération via un centre de formation. Cette organisation à but non lucratif dont le siège est à Lausanne a été élue Sailing Projet of the Year. « Cette année une trentaine de jeunes navigateurs participent aux cours hebdomadaires ou aux Foiling Camps », détaille Julien Monnier, de l’Academy. En plus des Flying Phantoms, un GC32 sera également utilisé cette saison.

Palmarès
Pour la première fois en suisse, une structure propose aux jeunes amateurs une formation pour devenir semi- ou professionnels de la voile à foils. Basée à Lausanne, la Swiss Foiling Academy s’adresse aux jeunes dès 16 ans et leur permet d’accéder aux bateaux volants de nouvelle géné- ration tel que les Flying Phantom ou les GC32 à travers de son centre de formation. Emmené par Julien Monnieur, une équipe de professionnels et semi-professionnels encadre le programme de l’académie et participe régulièrement aux grandes régates. De huit participants en 2019, le nombre de jeunes talents inscrits à cette association à but non lucratif est passé à une trentaine, malgré la situation exceptionnelle induite par le Covid-19.

Public Award of the Year

© Swiss Sailing

Alan Roura
Même si tout ne s’est pas passé comme Alan Roura l’aurait voulu sur la route du Vendée Globe, il a obtenu les faveurs du public. De retour aux Sables d’Olonne après 95 jours sur les océans de la planète, le navigateur genevois a non seulement pu serrer dans ses bras sa femme et sa fille à son arrivée, mais aussi le SUI Sailing Public Award. « Je n’y serais jamais parvenu sans le soutien de mon entourage. Désormais, je peux à nouveau rire et tourner mes pensées vers la prochaine édition », a-t-il déclaré.

Palmarès
Le jeune papa s’apprête à partir pour son deuxième tour du monde à la voile. En 2017 déjà, il avait réussi l’exploit de terminer le Vendée Globe sur un des plus vieux bateaux en lice (12e) devenant ainsi le plus jeune skipper de l’histoire à boucler cette course autour du monde en solitaire. Avec La Fabrique, il compte bien y mettre du sien pour tenter d’atteindre les premières places. Le bateau n’a beau pas être très récent, mais le Genevois et son équipe l’ont modernisé et doté de foils pour le rendre plus performant. En été 2019, Alan Roura bat le record de la traversée de l’Atlantique nord en solitaire sur monocoque. Même s’il a renoncé à la Vendée-Arctique-Les Sables pour assister à la naissance de sa fille, il aborde la nouvelle édition de « l’Everst des mers » en toute confiance.

Rester informé

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles concernant les compétitions, les résultats et l'actualité générale.